Jean-Marc Généreux : "Je n’ai pas la prétention de me comparer à Patrick Sébastien"

Jean-Marc Généreux quitte TF1 et son poste de juré de Danse avec les stars pour présenter sur France 2 Spectaculaire, à découvrir samedi 3 octobre à 21 h 05. Un divertissement qui rappelle Le Plus Grand Cabaret du monde.

Vous étiez un juré historique de DALS. Qu’est-ce qui vous a fait changer de chaîne ?

JEAN-MARC GÉNÉREUX : J’ai reçu à très peu de temps d’intervalle un coup de fil de la BBC m’annonçant qu’il n’y aurait pas de saison de Danse avec les stars en 2020 et un autre de la directrice des divertissements de France Télévisions, Alexandra Redde-Amiel, qui m’a proposé d’incarner un programme comme présentateur. J’en ai toujours rêvé. J’ai un énorme défi à relever.

À quoi va ressembler Spectaculaire ?

On va voir des numéros de cirque, d’acrobates, magiciens, chanteurs, danseurs… Une soirée spectaculaire alors que les artistes ne peuvent quasiment plus se produire sur scène. Je vais essayer de donner de la joie. Il y aura aussi un coup de cœur de la soirée, que le public de la salle choisira.

Spectaculaire fait penser au Plus Grand Cabaret dumonde. Vous êtes le nouveau Patrick Sébastien ?

Je n’aurais jamais la prétention de me comparer à Patrick Sébastien, qui est une icône. Je veux juste être le meilleur à mon niveau. Je vais essayer d’être généreux. C’est un travail d”équilibriste de faire venir tous ces artistes internationaux en cette période.

Vous ne hurlerez pas «Et ça, j’achète !» ?

Je ne sais pas. Si ça sort, ça sort ! (Il rit.)

En quoi, Spectaculaire va-t-il renouveler le genre ?

Avec le «mapping», technique de projection, on va plonger chaque artiste dans son propre univers comme si on y était : New York, la mer…

L’émission sera-t-elle programmée régulièrement ?

Pour le moment, on se concentre sur un premier numéro. On a du mal à se projeter dans ce contexte sanitaire…

Si DALS revient à l’antenne, vous n’aurez pas le cœur serré ?

Je serai toujours de tout cœur avec eux. Je n’ai pas vraiment l’impression de les quitter mais plutôt de m’embarquer ailleurs. Ma vie est spectaculaire !

Pas trop dur, tout de même, d’être loin de votre famille qui vit à Montréal, pendant cette crise de la Covid ?

Je n’ai que deux mots en tête : sécurité et protection. Je voyage toujours avec le même chauffeur, je vois peu de monde… Je me suis fait tester et je me referai tester avant mon retour chez moi.

Votre fille Francesca, atteinte du syndrome de Rett, est en effet très fragile… Comment va-t-elle en ce moment ?

Elle est stable. Quand on regarde ma fille, on dirait une enfant de 9 ans, alors qu’elle en a 21. Le risque pour elle, c’est l’épilepsie, l’hyperventilation, l’apnée. Quand tout se mélange, on pourrait la perdre. On sait si peu de choses sur les maladies neurologiques. Pendant le confinement, je suis devenu papa à plein temps. J’ai tourné ce temps en luxe. J’allais la border, elle s’endormait dans mes bras. C’était merveilleux. J’ai aussi écrit un livre qui sortira en janvier.

De quoi parlera-t-il ?

Je n’ai pas encore le titre mais j’y raconte mes trois dernières années et mon amour de la danse. Si je n’avais pas croisé ma femme, France, dans un cours à 9 ans, je n’en aurais peut-être jamais fait.

Source: Lire L’Article Complet