La déclaration d'amour magique du film « Les Magnétiques »

  • Le film « Les Magnétiques » rend hommage aux animateurs radiophoniques et aux années 1980.
  • Le héros, épris de la copine de son frère, va déclarer sa flamme à cette dernière sur les ondes.
  • Ce premier film révèle deux artistes prometteurs, le réalisateur Vincent Maël Cardona et le comédien Thimothée Robart.

Les Magnétiques de Vincent Maël Cardona emporte le spectateur au fil des ondes. Ce beau film présenté à la
Quinzaine des réalisateurs de Cannes et récompensé par le
Prix d’Ornano-Valenti à Deauville plonge dans les années 1980 avec un jeune homme qui s’exprime par émissions de radio interposées pendant son service militaire à Berlin.

« J’étais trop jeune pour connaître cette période mais j’ai eu envie de la montrer avec tendresse mais sans nostalgie », confie le réalisateur à 20 Minutes. Vincent Maël Cardona réussit particulièrement son coup quand son héros (campé par le sensible
Timothée Robart) joue avec les accessoires d’un studio d’enregistrement pour déclarer sa flamme à sa belle, qui est aussi la petite amie de son grand frère.

Touché par la grâce

« Il est introverti, pétri de timidité et choisit donc le seul domaine dans lequel il se sent à l’aise pour libérer son cœur. N’oublions pas qu’à cette époque le numérique, les portables et Internet n’existaient pas », explique Vincent Maël Cardona. Comme par enchantement, micros, magnétophones et cassettes prennent vie autour du jeune homme soudain touché par la grâce. « On a d’abord enregistré la scène avant de la découper et la filmer, raconte le cinéaste. C’est un moment-clé du film qui joue autant sur le son que sur l’image pour que le spectateur croie à cette déclaration d’amour qui traverse l’Europe par les ondes. »

Cette séquence magnifique, qui se déroule au milieu du récit n’est pas le seul atout de ce premier long-métrage superbe, mais elle est emblématique du talent de Vincent Maël Cardona, cinéaste à suivre de près, ainsi que toute la petite bande des Magnétiques.

Source: Lire L’Article Complet