Le bruit des trousseaux : le téléfilm de France 3 a-t-il été tourné dans une vraie prison ?

France 2 diffuse ce lundi 8 novembre à 21h10 "Le bruit des trousseaux", une fiction carcérale adaptée du roman éponyme de Philippe Claudel, dans laquelle un jeune professeur de Français va donner des cours en prison. Mais où a été cette ce téléfilm ?

En 2002, Philippe Claudel publie "Le Bruit des trousseaux", un roman inspiré de son passé de professeur de Français en milieu carcéral. Une expérience qui a changé l’auteur. "Ça a été vraiment des années de formation humaine pour moi. J’ai rencontré en prison des êtres vraiment forts, que ce soit des détenus, des surveillants, et ça m’a fait découvrir une partie de l’humanité que je ne connaissais pas. (…) Et je crois qu’il y a beaucoup de livres que j’ai écrit après qui ne l’auraient pas été si je n’avais pas eu cette expérience professionnelle", confiait-il en janvier dernier sur France 3.

Un roman dont il est particulièrement fier et qu’il a décidé d’adapter à l’écran. Et ce lundi 8 novembre, France 2 va diffuser l’adaptation télévisuelle du roman. Afin de retranscrire au mieux les conditions de détention, Philippe Claudel et ses équipes ont choisi de tourner dans une véritable prison au mois de décembre 2020

De nombreuses scènes tournées dans une vraie prison

C’est dans la maison centrale de Clairvaux, dans l’Aube, que le réalisateur s’est installé pour réaliser les scènes de prison. Philippe Claudel a pu avoir accès à la partie désaffecté de l’établissement, qui doit fermer définitivement ses portes début 2023. Les scènes d’entrées et de sortie, de circulation dans les coursives et de cours, ont été reconstituées dans l’ancien quartier d’isolement et celui de discipline de la prison de Clairvaux. Cependant, les scènes de classe ont elles été tournées dans un autres décor, à Nancy.

Ce téléfilm sera porté par les acteurs Cyril Descours, Déborah François, Diane Rouxel ou encore Angelica Sarre. Stéphane Trano, le producteur, avait déclaré à France 3 qu’il souhaitait que cette fiction puisse permettre d’ouvrir les yeux sur cet univers si particulier. "J’espère qu’on pourra sensibiliser les Français à cette question de l’univers carcéral parce que Philippe a une manière toute particulière de raconter les choses, très sensible, humaine et je pense que c’est très important", expliquait-il.

Source: Lire L’Article Complet