Mort de Rémy Julienne : la vie à cent à l'heure d'une légende de la cascade

Il était le “casse-cou” du cinéma français. Rémy Julienne, cascadeur et chef d’orchestre de voltige au cinéma, est mort à 90 ans dans la nuit de jeudi à vendredi 22 janvier des suites du Covid-19. Il avait été admis en réanimation à l’hôpital de Montargis (Loiret). Avec 1 400 productions à son actif, selon son site internet, Rémy Julienne a travaillé avec les plus grands : Jean-Paul Belmondo, Alain Delon, Harrison Ford ou encore Sean Connery et Roger Moore dans les films de la saga James Bond, où il était régleur de cascades automobiles.

Rémy Julienne naît le 17 avril 1930 à Cepoy, dans le Loiret. C’est un enfant turbulent – mais timide – fasciné par tous les engins à roues. A douze ans, il apprend à conduire la moto de son père, une 100cc Peugeot. La deuxième passion de cet enfant débordant d’énergie : le cinéma, qu’il découvre grâce à un maître d’école qui cherche à le canaliser. “J’étais extrêmement turbulent et un seul maître d’école a su trouver la solution pour calmer mes pitreries : il m’a nommé responsable de la section cinéma et m’a menacé d’être viré si je ne me tenais pas tranquille“, témoigne le cascadeur dans son livre Silence… On casse ! (1978)

J’ai commencé à regarder quantité de films : Chaplin, Mac Sennet, Laurel et Hardy etc, j’étais passionné.

Silence… On casse ! (1978)

Après son service militaire, il devient chauffeur routier pour l’entreprise de son père et pratique la moto en compétition. Il est champion de France de moto-cross dès 1957 et sera sélectionné plusieurs fois en équipe de France.

Une célèbre embardée en 2CV

A 34 ans, il tombe dans le cinéma par hasard : un journaliste de Moto Revue l’appelle car le réalisateur André Hunebelle recherche des motards pour son film Fantômas, avec Louis de Funès. Il doublera Jean Marais et, par la même occasion, rencontrera sur le tournage une légende de la cascade : Gil Delamare.

Il travaille avec lui pendant trois ans (Gil Delamare décède en 1966 sur le tournage du film Le Saint prend l’affût), avant de prendre son envol. Rémy Julienne devient  responsable des cascades automobiles d’un film devenu culte : La Grande Vadrouille. A partir de là, les collaborations s’enchaînent, et Rémy Julienne travaille pour les plus grands : toujours Gérard Oury (Le Cerveau, Les Aventures de Rabbi Jacob), Georges Lautner (Le Pacha), Claude Lelouch (L’aventure c’est l’aventure, La Bonne année), François Truffaut (La nuit américaine), Henri Verneuil (Le casse), Sergio Leone (Il était une fois en Amérique) …

Dans Le Gendarme et les gendarmettes, le dernier film de Louis de Funès, il orchestre et double la célèbre séquence de course en 2CV de sœur Clotilde, la moniale folle du volant. 

Les cascades de James Bond

Il travaille avec des acteurs de légende : Alain Delon, Charles Bronson, Johnny Hallyday, Michael Caine, Terrence Hill, Jean Gabin, Al Pacino… Dans L’As des as ou Le Guignolo, il chapote les impressionnantes cascades de Jean-Paul Belmondo, que l’acteur réalise sans doublure. En parallèle, il travaille pour des séries, des spots publicitaires et est même sollicité par la justice pour superviser la reconstitution d’affaires criminelles. En 1979, il effectue des crash tests démontrant l’efficacité de la ceinture de sécurité, pour le comité de la sécurité routière, selon son site web.

En 1978, sa carrière atteint une nouvelle envergure quand il est contacté par la production de Rien que pour vos yeux, le 12e volet des aventures de James Bond avec Roger Moore. Rémy Julienne assistera l’agent 007 dans ses cinq aventures suivantes : Octopussy (1983), Dangereusement vôtre (1985), Tuer n’est pas jouer (1987), Permis de Tuer (1988), Golden Eye (1995). En 1998 et 2000 il travaille sur les deux premiers opus de Taxi, puis en 2006 pour le film Da Vinci Code de Ron Howard. Il imagine une attraction-spectacle sur les coulisses des cascades de cinéma pour le parc Walt Disney Studios à Paris : Moteur … Action ! voit le jour à l’ouverture du parc en 2002. 

Un accident mortel sur le tournage de Taxi 2

Sur le tournage de Taxi 2, un accident entraîne la mort du caméraman Alain Dutartre. Responsable des cascades sur cette production, Rémy Julienne est condamné en 2009 en première instance à 18 mois de prison avec sursis et 13 000 euros d’amende. La société Europacorp (Luc Besson), également condamnée, accusait alors Rémy Julienne d’être le seul responsable de négligences. En 2012, la Cour de Cassation dispense Rémy Julienne de toute peine. Cet épisode marquera considérablement le cascadeur, qui a été victime d’un infarctus suite à une confrontation avec Luc Besson en 2005.

Un prix Rémy-Julienne est remis chaque année depuis 1999 lors du Festival du film d’aventures de Valenciennes à “un comédien capable d’aborder avec le même talent des rôles physiques et des personnages intimistes dans des films d’auteur“.

Source: Lire L’Article Complet