Mostra de Venise : coup d'envoi du festival avec le vétéran Almodovar et sa muse, Penelope Cruz

La 78e Mostra de Venise, le plus ancien festival de cinéma du monde, s’est ouverte mercredi 1er septembre au soir avec le dernier opus de Pedro Almodovar, en lice pour le Lion d’or aux côtés de pointures comme Jane Campion ou Paolo Sorrentino.

Deux fois distingué aux Oscars mais en quête d’un prix majeur à Venise, le cinéaste espagnol de 71 ans est venu sur le célèbre Lido présenter Madres Paralelas, où il a retrouvé son actrice fétiche Penelope Cruz pour l’histoire du destin de deux femmes qui accouchent le même jour, dans la même maternité.

Le réalisateur et sa muse, tout de noir vêtus, ont foulé le traditionnel tapis rouge du palais du cinéma, déroulé sur le Lido de Venise face à la mer, sous les flashes des photographes mais en l’absence de public, mesures anti-Covid obligent.

Un Almodovar politique

Avec Madres Paralelas, Pedro Almodovar retrouve ses sujets de prédilection, la filiation et les figures féminines, avec un film qui ambitionne d’aider l’Espagne à panser les plaies de la Guerre civile. Dans ce film, qui a ouvert la course au Lion d’Or, le cinéaste de 71 ans retrouve son actrice fétiche, Penelope Cruz, 47 ans, à qui il confie un nouveau premier rôle.

La star espagnole incarne Janis (un clin d’oeil à la chanteuse américaine engagée Janis Joplin), une photographe quadragénaire. Elle tombe enceinte d’un ami archéologue et marié, qui lui a promis de l’aider à retrouver la sépulture de son arrière grand-père, disparu aux débuts de la guerre civile espagnole, et l’exhumer, dans son village natal.

Un thème d’actualité en Espagne, où le gouvernement travaille à faire avancer dans le travail de mémoire et sortir des fosses communes les milliers de victimes de la dictature franquiste. “Nous ne pouvons pas solder définitivement notre histoire tant qu’on n’aura pas payé notre dette envers les disparus”, a déclaré à la Mostra l’ancien enfant terrible de la Movida.

20 films en lice pour le Lion d’or

Au cours de la cérémonie d’ouverture, un Lion d’or d’honneur a été décerné au cinéaste italien Roberto Benigni, l’inoubliable auteur de La vie est belle. Le cinéaste de 68 ans, toujours aussi loquace, s’est dit “estomaqué” par le vibrant hommage que lui a rendu la cinéaste néo-zélandaise Jane Campion.

Madres paralelas fera face en compétition à 20 films, qui devront séduire le jury présidé par le Sud-Coréen Bong Joon-Ho, Palme d’or 2019 avec Parasite et Oscar du meilleur film l’année suivante.

Le jury réunit notamment l’actrice franco-belge Virginie Efira et la réalisatrice américaine d’origine chinoise Chloé Zhao. Cette dernière, avec Nomadland, a remporté le Lion d’Or l’an dernier avant de triompher aux Oscars quelques mois après.

Jane Campion, Stéphane Brizé, Xavier Giannoli…

Une trajectoire dont peuvent rêver les réalisateurs en compétition, les plus confirmés comme Jane Campion (La part du Chien), Palme d’Or en 1993 avec La leçon de piano, comme les plus neufs, à l’instar de l’actrice américaine Maggie Gyllenhaal, qui fait ses débuts derrière la caméra en adaptant l’autrice à succès Elena Ferrante (The Lost Daughter).

Trois films français sont en lice : Un autre monde, drame social de Stéphane Brizé, Illusions perdues, où Xavier Giannoli adapte Balzac, et L’Evénement, une adaptation d’un roman d’Annie Ernaux sur l’avortement par Audrey Diwan (Mais vous êtes fous).

Le palmarès sera dévoilé le 11 septembre, au terme de cette deuxième édition depuis le début de la pandémie. L’an dernier, le festival s’était tenu en demi-teinte, avant l’arrivée des vaccins contre le Covid-19. Même si les mesures sanitaires continuent de s’appliquer : cette Mostra marquera le retour en force des grands noms du cinéma sur le Lido, avec pas moins de 59 pays représentés.

Source: Lire L’Article Complet