Patron Incognito (M6) : les directeurs d'entreprise sont-ils rémunérés pour leur participation ?

M6 donne rendez-vous ce lundi 31 mai pour un nouvel épisode de Patron Incognito dès 21h05 sur M6. Mais au fait, les DG qui participent perçoivent-ils une rémunération ? La production nous répond.

Nouvel épisode inédit de Patron Incognito ce lundi 31 mai. Après avoir suivi Nicolas de Bronac, patron de l’enseigne de pressing écologique Sequoia, les téléspectateurs découvriront l’immersion de Jean-François et Laure Feuillette, à la tête d’un réseau de boulangeries et pâtisseries. Et c’est une première dans l’émission puisque le public assistera à une double immersion. A certains moments, ceux qui sont mari et femme dans la vraie vie devront faire semblant de ne pas se connaître. De quoi ajouter un peu de piment au programme. Peut-être vous êtes-vous déjà posé la question : les patrons qui participent à l’émission sont-ils payés ? Nous avons posé la question à Gary Aubert, producteur du programme.

  • Travailler sur Demain nous appartient, c’est "un exercice de grande souplesse" pour Catherine Jacob

    Télé Loisirs

  • Ophélie Winter recadrée par Laurent Ruquier dans On est en direct

    Télé Loisirs

  • Agatha Raisin – 23 juin

    Télé Loisirs

  • Serge Lama, très ému, se souvient de la mort de sa fiancée dans 20h30 le samedi

    Télé Loisirs

  • La Forme de l'eau : le réalisateur Guillermo del Toro nous révèle ses films d'horreur préférés

    Télé Loisirs

  • Un village français se dévoile dans Previously, le podcast de Télé-Loisirs !

    Télé Loisirs

  • Tout savoir sur Disney+

    Télé Loisirs

  • Retour chez ma mère : rencontre explosive avec Josiane Balasko et Alexandra Lamy

    Télé Loisirs

  • "Je suis rentrée, il y a eu un silence de mort pendant 10 minutes" : Elise Lucet raconte sa vie privée un peu compliquée

    Télé Loisirs

  • Lily-Rose Depp : 5 infos sur l'actrice

    Télé Loisirs

  • Marc Lavoine parle de son expérience passée avec Nathalie Cardone, la mère de Jim Bauer

    Télé Loisirs

  • Cette fois où Sophie Davant a interviewé la mauvaise personne au Téléthon…

    Télé Loisirs

  • Le chef Thierry Marx raconte son gros coup de bluff pour se faire embaucher à ses débuts

    Télé Loisirs

  • Bertrand Chameroy balance sur les problèmes de voisinage de C à vous

    Télé Loisirs

  • Norbert Tarayre futur juré de Top Chef ? "Je ne vois pas ma crédibilité…"

    Télé Loisirs

  • La forme de l'eau

    Télé Loisirs


  • Travailler sur Demain nous appartient, c’est "un exercice de grande souplesse" pour Catherine Jacob
    Travailler sur Demain nous appartient, c’est "un exercice de grande souplesse" pour Catherine Jacob


    Télé Loisirs


  • Ophélie Winter recadrée par Laurent Ruquier dans On est en direct
    Ophélie Winter recadrée par Laurent Ruquier dans On est en direct


    Télé Loisirs


  • Agatha Raisin – 23 juin
    Agatha Raisin – 23 juin


    Télé Loisirs

VIDÉO SUIVANTE

Un accord de collaboration signé !

Ils ne sont pas rémunérés. Il n’y a pas de contrat à proprement parler. Nous signons un accord de collaboration. Cet accord de collaboration est nécessaire car il faut qu’on leur apporte la garantie qu’on est pas là pour couler leur boîte“, nous détaille le producteur. Il explique : “L’accord de collaboration se fait sur trois points. Le premier, c’est la confidentialité. On ne peut pas tourner dans une société où tout le monde aurait été prévenu en amont. L’idée n’est pas de communiquer sur l’émission. Ils ont interdiction de communiquer avant qu’on leur autorise.

Une garantie pour les directeurs d’entreprise

Le troisième point, c’est qu’ils peuvent visionner l’épisode en amont“, ajoute le producteur. Mais attention, cela ne signifie pas que les DG participants ont tout les droits : “Visionner l’épisode en amont ne veut pas dire qu’ils ont le droit de couper ce qu’ils veulent. Ils peuvent vérifier que les propos qui ont été tenus correspondent à ce qui existe. Par exemple, des chiffres clés. Ils peuvent aussi vérifier si certains propos ne sont pas préjudiciables à leur entreprise et à leur image. Des termes qui pourraient être mal perçus par exemple“, précise Gary Aubert. Il ajoute que jusqu’à maintenant, après 9 ans, jamais aucun patron a demandé à couper une séquence.

Source: Lire L’Article Complet