Possessions (Canal+) – Nadia Tereszkiewicz : "Je ne pensais pas décrocher le rôle au départ"

Dans la nouvelle création originale de Canal+, elle donne corps et vie à Natalie, une ressortissante française accusée du meurtre de son mari à Tel-Aviv. Interview.

Votre personnage Natalie est extrêmement ambiguë. Femme enfant, femme fatale, femme blessée, femme coupable. Manipulatrice ou victime…

Nadia Tereszkiewicz : C’est une chance incroyable un tel personnage ! Je ne pensais pas décrocher le rôle au départ car le personnage était plus âgé, elle ne devait pas du tout être typée comme moi. J’ai eu la chance d’être soutenue par les productrices de la série.

Comment s’est passé le tournage ?

C’était un tournage passionnant et très intense. C’était la première fois qu’un réalisateur me confiait un rôle aussi important avec une vraie trajectoire. C’est un personnage très fragile qui s’arme de courage et de détermination pour tenter de se libérer à tout prix. Elle veut comprendre ce qui s’est passé car on l’accuse d’un meurtre qu’elle ne pense pas avoir commis. Il fallait que je lui trouve une intériorité, une sorte de sensation physique pour pouvoir l’incarner. J’ai un parcours de danseuse, le langage du corps m’intéressait dans son histoire. Natalie parle peu, elle agit, elle prend des décisions. Son corps parle pour elle.

À lire également

Galerie: 12 répliques culte que tout le monde dit mal (Allocine)

La Flamme : Camille Chamoux (Chataléré) : “J’étais quand même fesses à l’air tout le temps !”

C’est une série qui parle de manière très puissante du poids de la religion et des croyances…

Oui. Natalie a grandi endoctrinée dans les superstitions que lui imposent sa mère et qui viennent du village tunisien dans lequel elle a grandi. Natalie aime sa mère, mais aimer peut apporter terreur et blessures.

Un mot sur votre partenaire Reda Kateb ?

Il m’a permis d’avoir confiance en moi. C’est une chance incroyable d’avoir un partenaire aussi juste. Il n’y a pas besoin de jouer beaucoup avec lui. J’avais l’impression d’être portée par ce casting. J’ai découvert en regardant la série à quel point chacun se bat pour Natalie. Chacun projette quelque chose sur elle. Sur le tournage, j’ai essayé d’être dans le déni des parties des autres. Je voulais être dans ma propre enquête.

C’est une très belle série de femmes ?

Oui. Ce sont des rôles très forts. Elles montrent que l’amour n’est pas un alibi. Elles sont convaincues de bien agir par amour, même dans leurs actes les plus sombres.

Interview Amandine Scherer

Source: Lire L’Article Complet