Rembob’INA (LCP) Thierry Ardisson : "Aujourd’hui, on propulse les gens en prime time alors qu’ils n’ont jamais fait de télé"

Dans ce magazine diffusé sur LCP, Patrick Cohen revient sur les grandes heures de la télévision et accueille ce soir Thierry Ardisson. Entretien avec l’animateur en noir.

Ce soir, avec Patrick Cohen, vous redécouvrez des extraits de deux émissions que vous avez animées : Bains de minuit (1987-1988) et Lunettes noires pour nuits blanches (1988-1990). Êtes-vous nostalgique ?

Thierry Ardisson : Pas du tout. Pour une raison simple : quand j’étais petit, mon père travaillait dans les Travaux publics et on déménageait tous les deux ans. J’ai donc appris à tourner les pages, comme pour un roman. Bains de minuit, j’adore cette émission, c’était de la haute couture ! Avec Lunettes…, on entre dans le prêt-à-porter !

La télé est-elle aujourd’hui plus frileuse que dans les années 80 ?

À l’époque, les directeurs d’antenne prenaient plus de risques et on avait le loisir de tenter des trucs. On avait le temps d’apprendre. Aujourd’hui, on propulse les gens en prime time alors qu’ils n’ont jamais fait de télé.

À lire également

ORTF, ils ont inventé la télévision (France 3) : Thierry Ardisson raconte l’histoire des pionniers de la télévision française

Quand vous invitiez des personnalités comme les peintres Keith Haring ou Francis Bacon, ou le compositeur Lalo Schifrin, vous vous faisiez plaisir ?

Bien sûr ! Je lance INA/ArdiTube, une chaîne YouTube avec l’INA. Quand on a établi la liste des gens que l’on allait y mettre, je n’en revenais pas : Frank Zappa, Jane Fonda, Robert De Niro, Yoko Ono, Ray Charles, Bruce Willis, Bret Easton Ellis… Je me demande encore comment on a fait pour les avoir.

On parle aujourd’hui de votre éventuel retour sur le service public avant la fin de l’année…

Rien n’est signé. Mais on discute depuis un an, ça avance bien. Je peux juste dire que c’est la meilleure idée que j’ai eue de toute ma carrière !

Rembob’INA : dimanche 25 octobre à 21h00 sur LCP-Public Sénat

Interview Thomas Gaetner

Source: Lire L’Article Complet