Sermons de Minuit sur Netflix : Le créateur de The Haunting of Hill House de retour avec une série mystique convaincante, notre verdict

Le maître de l’épouvante, Mike Flanagan, est de retour depuis aujourd’hui sur Netflix avec une nouvelle série intitulée Sermons de Minuit. Une création à ne pas manquer sur la plateforme !

Si vous avez aimé le travail de Mike Flanagan avec The Haunting of Hill House (2018) et Bly Manor (2020) alors sa nouvelle création made-in Netflix, Sermons de Minuit devrait vous séduire ! En effet, le maître de l’horreur à qui l’on doit notamment Doctor Sleep (2019) est de retour avec une nouvelle série, moins effrayante mais particulièrement mystique. Le cinéaste a troqué les fantômes ainsi que les maisons hantées contre une thématique davantage spirituelle, en prenant pour décor Crockett Island, une île fictive au large de l’Amerique. Comme à son habitude, le showrunner n’hésite pas à utiliser certains clichés afin de les tordre et d’offrir une histoire captivante.

Ici, c’est avant tout l’Eglise, son intégrisme et sa foi qui seront la cible du cinéaste. Personnifiée par le jeune prêtre, capable d’accomplir des miracles, cette thématique va insuffler un vent aussi mystique que macabre à la série. Il faut dire que Crockett Island n’est rien d’autre que le berceau décrépi de quelques pêcheurs et leur famille. C’est d’ailleurs entre la misère et la douleur que Riley fera son grand retour sur l’île après plusieurs années passées en prison pour le meurtre d’une jeune fille dans un accident de la route. Plus intimiste, Sermons de Minuit apparaît moins spectaculaire qu’Hill House et Bly Manor. Il faut dire qu’elle n’a rien à voir avec les précédentes réinventions de Mike Flanagan bien qu’on y retrouve des collaborateurs principaux du réalisateur, comme son épouse Kate Siegel, Rahul Kohli ou encore Henry Thomas.

De nouveaux visages, toujours aussi convaincants, viendront également compléter la distribution à l’instar d’Hamish Linklater dans le rôle du Père Paul, Zach Gilford dans celui de Riley ou encore Samantha Sloyan dans la peau de Bev Keane. Cette dernière sera d’ailleurs le reflet d’un fanatisme chrétien exacerbé, un symbole que critique Mike Flanagan dans la série. Le cinéaste se fera également le messager de cette Amérique profonde à une époque où la religion a du mal à se faire entendre et où chacun est prêt à la remettre en question. Finalement, Sermons de Minuit apparaît comme une série particulièrement allégorique. Si l’on regrette l’épouvante de ces précédentes créations durant les premiers épisodes ainsi qu’une certaine lenteur dans la mise en place de l’intrigue, la suite du show pourrait bien nous étonner. C’est pourquoi on recommande aux plus vaillants d’entre vous de regarder la nouvelle adaptation du maître de l’horreur, au risque de le regretter… Si vous aimez en revanche la sci-fiction, on vous recommande Foundation, dont notre critique est à retrouver actuellement sur Melty !

Source: Lire L’Article Complet