VIDEO Les Z’amours : le grand moment de gêne d’un candidat avec des Japonais

Un candidat des Z’amours de ce mardi 8 juin a raconté comment une erreur de sa femme l’a mis dans l’embarras lors d’un dîner au restaurant avec des Japonais. Une grosse boulette typique chez les Français, dont Bruno Guillon avait déjà entendu parler.

Bruno Guillon

Aller à la rencontre de personnes avec une culture différente de la nôtre demande parfois quelques efforts : le voyageur averti sait qu’il vaut mieux se renseigner sur les us et coutumes d’un pays avant de partir à la rencontre de ses habitants. Cela évitera de commettre bien des impairs et d’éviter les regards de travers et les moqueries. De nombreuses célébrités ayant voyagé au Japon n’ont pas fait cet effort et l’ont payé : on pense par exemple à Britney Spears, qui avait souhaité un « merveilleux Noël » à ce peuple qui ne le fête majoritairement pas, ou bien à Lady Gaga qui était venue déguisée en panda dans une émission japonaise. Une charmante attention… sauf que l’animal en question est surtout associé à la Chine. Autant de petites erreurs qui ont donné lieu à des grands moments de malaise. Et si on inverse les rôles, cela peut se comprendre. Imaginez que vous soyez en train de boire un verre avec des Japonais et qu’au moment de trinquer, l’un d’entre eux vous lance joyeusement : « Allez, zguègue ! » Gênant, non ? C’est pourtant ce qu’a fait une candidate des Z’amours.

Une grossière erreur de traduction dans Les Z’amours

Ce mardi 8 juin, Bruno Guillon avait demandé aux candidats de son émission de se plonger dans leurs souvenirs pour trouver une anecdote croustillante. « A quelle occasion vous êtes-vous dit : “Ma femme, c’est la championne de la lose” ? », leur a-t-il demandé. Philippe a balancé sa femme Odile : « Je pense que la lose nous a frappés à l’occasion d’une rencontre avec des Japonais experts en judo. Nous étions au restaurant, nous avons commandé le repas. Le serveur nous demande si l’on souhaite prendre un apéritif. Oui, l’apéritif arrive… Et Odile fait “tchin tchin” ! »

La réplique a donné lieu à un moment de flottement à table, leurs invités ne sachant pas comment réagir à ce « tchin tchin » n’ayant pas du tout la même signification pour eux. « En japonais, c’est l’appareil génital masculin… », a expliqué Philippe. Une information qu’avait Bruno Guillon, surpris que l’on puisse encore faire cette boulette pourtant très connue. « Là c’était vraiment la honte… », a reconnu Odile. On espère qu’elle n’a pas non plus planté ses baguettes dans son bol de riz, ce qui aurait autrement plus choqué ses invités !

Source: Lire L’Article Complet